Conseils et astuces, Equipements

L’importance de la VMC dans une salle de bain

L'importance de la VMC dans une salle de bain - Blog ShowRoom

Ne négligez surtout pas la VMC dans votre salle de bain

Vous avez décidé de rénover votre salle de bain afin d’en faire un lieu agréable et un véritable atout pour la maison. Cette pièce peut désormais être ultra stylée, avec sa douche à l’Italienne, ses vasques XXL, ses miroirs lumineux ou sa baignoire balnéo. Quel plaisir de rénover la salle de bain et de choisir tous les éléments. On en oublierait presque la VMC, la Ventilation Mécanique Contrôlée. Pourtant, ce n’est pas un élément à négliger, la VMC a son importance.

Si vous sollicitez un professionnel qui prend en charge la rénovation de salle de bain de A à Z, il n’oubliera aucun détail, il pensera donc à l’installation de la VMC.

Pourquoi installer une VMC dans sa salle de bain ?

Ne pas installer une VMC, qui est par ailleurs obligatoire, ou négliger son entretien peut avoir des conséquences sur votre santé ou celle de vos proches. L’absence, ou un mauvais fonctionnement, de la VMC a également des effets néfastes sur votre jolie salle de bain même. La VMC est d’autant plus importante si votre pièce d’eau n’a pas de fenêtre.

C’est, comme le nom l’indique, une ventilation qui sert à évacuer les particules polluantes de la maison vers l’extérieur. Elle permet de ventiler la pièce et ainsi d’éviter l’humidité, qui peut causer des moisissures. L’humidité peut également dégrader vos meubles, vos peintures et vos enduits. Pour la préservation de la salle de bain, il est donc essentiel d’y avoir une VMC qui fonctionne bien.

Les avantages du vinyle dans une salle de bain

Bien qu’il soit peu utilisé à La Réunion, le sol vinyle intéresse certains particuliers cherchant à refaire leur salle d’eau pour quelques raisons évidentes : sa simplicité d’entretien séduit énormément, avant toute chose. On peut le nettoyer avec des produits lavants du quotidien, les taches ne s’incrustent pas et il n’est pas nécessaire de procéder à la rénovation périodique des joints. Enfin, la bonne résistance à l’eau fait également partie des arguments qui encouragent certaines personnes à choisir cette alternative. Pourtant, avant de se décider, la réflexion mérite d’être poussée un peu plus loin…

Simple ou double flux dans la salle de bain sans fenêtre ?

La VMC existe en simple ou en double flux. La VMC simple flux aspire l’air de la salle de bain vers l’extérieur avec un débit d’air constant. Son avantage est qu’elle est silencieuse. La VMC double flux renvoie également l’air des pièces humides, comme la salle de bain, vers l’extérieur, mais elle insuffle en plus de l’air frais dans des pièces sèches, pensez aux chambres par exemple.

La VMC fait donc circuler l’air, ce qui permet de limiter l’entrée de poussières venant de l’extérieur. Ceci est un grand avantage pour les personnes allergiques. De plus, il y a possibilité de la coupler à un échangeur thermique pour avoir de l’air chaud en hiver et de l’air frais en été.

Quelles autres options de ventilation ?

Si vous avez une fenêtre condamnée dans la salle de bain, vous pouvez y installer un aérateur de fenêtre. Celui-ci fonctionne avec le vent ou avec la différence de température avec l’extérieur de façon manuelle, électrique via le réseau ou sur batterie.

Si vous n’avez pas de fenêtre, vous pouvez installer un aérateur mural qui est plus puissant et donc plus performant que celui de la fenêtre. En revanche, il s’installe sur un mur de la salle de bain qui donne sur l’extérieur, la grille d’évacuation se place sur l’extérieur. Il doit donc traverser le mur, l’installation est un peu plus complexe.

Choisir une VMC auto-réglable ou hygro-réglable

Les VMC autoréglables fonctionnent en quasi-permanence, ce qui en fait des appareils peu économiques. Elles aspirent l’air de l’intérieur et l’amènent vers l’extérieur, l’air de l’intérieur est renouvelé par des bouches d’aération intégrées aux fenêtres. Ces VMC ne sont pas conseillées à long terme.

La VMC hygroréglable se met en marche quand le niveau d’humidité dans la pièce est trop élevé, ce qui est plus économique en électricité, mais également en chauffage, car l’entrée d’air froid est ainsi limitée. Ces VMC sont un peu plus chères à l’achat, mais vous permettent de moins dépenser par la suite.

Le bon entretien de votre VMC est primordial

Si vous négligez votre VMC, vous exposez votre maison aux risques sanitaires et d’incendie ainsi qu’aux détériorations dues à l’humidité. L’entretien doit donc se faire régulièrement. Une VMC s’encrasse pendant l’utilisation, c’est inévitable. Une VMC mal entretenue peut alors conduire à la surchauffe, et donc à un incendie. De plus, elle n’évacuera plus parfaitement l’humidité, avec comme résultat des moisissures dans votre logement. Les moisissures ne sont ni saines ni bonnes pour vos murs, vos meubles et vos peintures.

Vous pouvez vous-même dépoussiérer les bouches d’aération à l’aide d’un aspirateur et d’un linge humide. Pensez à débrancher le système lors de cet entretien. Démontez les bouches d’aération et laissez-les tremper dans de l’eau avec un dégraissant.  Si votre VMC est hygroréglable, ne laissez pas les bouches tremper, mais utilisez plutôt un linge humide. Aspirez les poussières posées sur les entrées à l’aide de votre aspirateur.

Pour être sûr d’avoir une VMC en bon état et d’ainsi éviter tout risque pour votre maison, il est conseillé de faire appel à un professionnel tous les 3 ans environ. Il nettoie l’équipement, il veille au maintien des gaines et du caisson central et il vérifie les entrées d’air.